Les Pro utilisent l’annuaire inversé

Heureusement, tous les usages des services d’annuaire inversé ne se limitent pas au vaudeville. Bon nombre d’entre eux résultent de conversations téléphoniques durant lesquelles on prend le temps de noter les numéros de téléphones fournis par notre interlocuteur sans pour autant relever le nom de son titulaire. Les messages sur les répondeurs ont aussi donné lieu à bon nombre de recherche : « Bonjour je suis intéressé par votre produit, merci de me rappeler » Par soucis de professionnalisme, il n’était pas convenable de rappeler un client potentiel sans connaître son nom ou celui de sa société. Les numéros des appels en absence affichés par les écrans des téléphones fixes et mobiles sont également à l’origine de bon nombre de recherches.

Les professions réglementées ou les autorités consomment aussi les annuaires inversés.

On savait déjà que nous étions tous fichés (dans les annuaires pour la plupart d’entre nous). Ce que l’on sait moins c’est que bon nombre de professions utilisent ces informations à des fins qui nous échappent. Les policiers n’hésitent pas à consulter les sites d’annuaires inversés dans le cadre de leurs enquêtes. Ainsi, à partir d’un appel émis par un numéro inconnu, ils parviennent à remonter des filières ou recouper des dossiers.
Les avocats, les détectives privés et les notaires recherchent des identités de personnes en épluchant des factures d’appels téléphoniques où seuls les numéro sont visibles.
De plus, chaque chiffre qui compose un numéro de téléphone fixe constitue autant d’éléments qui permettent de géo-localiser une personne.

Publicité